Session botanique de juin 2019 à Le Bono, Golfe du Morbihan

Dimanche 23 juin

L’équipe d’encadrement arrive au Domaine de l’Abbatiale, situé au bord de l’anse de Kerdréan sur la commune du Bono. Il s’agit d’une ancienne demeure en granit au milieu d’une quinzaine d’hectares de parc. Un soleil voilé nous accueille avec une température agréable de 26°.

Lundi 24 juin

Nous avons le plaisir d’être rejoints par Fabienne Millet, spécialiste aromathérapie, et nous herborisons dans le parc et les environs, heureusement en sous-bois parce qu’il pleut.

Beaucoup d’arbres nous protègent : les Lauriers nobles, Noyers, Ifs, Frênes, Ormes, Noisetiers, Chênes, Châtaigniers, Hêtres, Pins maritimes, Merisiers, et même un Figuier couvert de figues.

Entre ces arbres : le Houx, le Genêt d’Espagne, le Prunellier, le Petit Houx, l’Aubépine, l’Ajonc d’Europe, le Laurier Tin et le Genêt à balai se partagent les espaces. La Fougère Aigle est partout. Nous atteignons le bord du Golfe et sa végétation de slikke et de schorre avec la Salicorne, l’Obione, la Soude maritime, les Oreilles de cochon.

Sur le chemin, Chantal Van Haluwyn se réjouit de trouver le Teloschistes chrysophthalmus, très élégant petit lichen jaune, bien installé sur une rangée de prunelliers, au chaud, au bord du Golfe.

L’après-midi, aux alentours en bord de route, la Petite Oseille des sols siliceux côtoie la jolie Andryale bretonne, la Jasione des montagnes et autres Digitale pourpre ou Fumeterre officinal.

Sur un chemin parfois inondé, nous voyons le Jonc des crapauds, la Matricaire discoïde, le Millepertuis rampant, le Gnaphale des marais, la Stellaire holostée et l’Avoine au chapelet.

Mardi 25 juin

Après une demi-heure de route, nous atteignons le site du « Men-Du » (Pierre noire), plage située entre La Trinité et Carnac plage.

De nombreuses plantes de sable nous attendent : le Lagure ovale, le Fenouil, la Giroflée des sables, l’Ail à tête ronde, ainsi que des arbustes : le Tamaris et le Baccharis assez envahissant. Nous rencontrons aussi des algues sur le rivage : les Fucus denticulé et vésiculeux, l’impressionnante Laminaire digitée et même la Sargasse japonaise !

En avançant dans le golfe vers un îlot par un chemin inaccessible à marée haute, nous observons la Matricaire maritime, le Pavot cornu et le tout petit Scleropoa marin.

L’après-midi, à l’étang de Cranic, nous retrouvons des plantes des milieux humides : le Cirse des marais, la Salicaire ou la Petite Centaurée.

Mercredi 26 juin

Nous restons au Bono autour du Tumulus de Kernours. Cette tombe du Néolithique, bien antérieure aux Pyramides d’Egypte, fut utilisée de 5000 à 2000 ans avant Jésus-Christ.

Aux alentours de ce site à l’ambiance bien particulière, nous observons la Bruyère cendrée côtoyant la Callune, le très joli petit Millepertuis à feuille de Linaire et la Pédiculaire des bois ainsi que la Cuscute du Thym.

Nous descendons ensuite le long de la route où la Scrophulaire scorodoine pousse en compagnie du Bouillon blanc.

Par le sentier Mathurin Hilary dit Tintin, nous arrivons à un talus chaud face au golfe où plusieurs Arbousiers se sont bien développés ainsi que des Chênes verts.

Le soir nous accueillons les stagiaires autour du verre de l’amitié sous la tente berbère des jardins de l’hôtel ; il fait très chaud !

Jeudi 27 juin

Nous herborisons en deux groupes sous la conduite de Bruno de Foucault et Daniel Petit munis de leurs micros, dans le parc et les environs du domaine : sous-bois, lisières, bords de prairie et prés salés. La variété floristique ne manque pas. Très présente, l’Oenanthe safranée se répand autant en lisière qu’en plein champ, alors qu’en sous-bois le Nombril de Vénus se détache de chaque côté du sentier. Plus près de l’eau, les Joncs étalés, agglomérés, des crapauds, de Gérard, côtoient le Lilas de mer, le Lotier des fanges ou le Troscart maritime.

Au retour, Gérard Peyrac nous invite à nous replonger dans la formation géologique de la Bretagne, tour de force rondement mené étant donné la complexité du sujet. Bernadette Peyrac nous met en garde contre les plantes toxiques que nous avons rencontrées : l’Oenanthe safranée, l’If, l’Arum, la Bryone, et nous explique les vertus phytothérapeutiques de la Bruyère cendrée, de la Bugle rampante, du Lycope, du Tilleul, de l’Achillée millefeuille, du Frêne, du Noyer, de l’Aubépine, mais aussi du Lierre grimpant, du Plantain, de la Benoîte, du Laurier noble, du Fragon, du Noisetier, et du Chêne.

Vendredi 28 juin

Nous avons la chance de retrouver le professeur Jean-Roger Wattez, botaniste de la faculté de pharmacie d’Amiens, au site du Men-Du, qu’il connaît bien.

En bord de plage, nous voyons le Panicaut et l’Euphorbe des dunes, le Gaillet des sables et la Renouée maritime. Puis nous nous approchons de l’eau près de la Betterave maritime, la Roquette de mer, le Crithme maritime et la Salicorne sous arbustive.

Une seconde station nous amène le long de la mer avec sur le talus la Matricaire maritime.

La troisième station se situe au Tumulus Saint Michel où nous arrivons après avoir longé les célèbres alignements de Carnac. Nous sommes au petit hameau de Clou-Carnac. Ce tumulus, vraisemblablement construit 4000 ans avant JC, est fermé à la visite et fit l’objet de fouilles récentes. En Bretagne, le sol acide dissout les os, et les sépultures anciennes ne contiennent plus de restes de squelettes.

Dans le bas-marais, on rejoint les Sphaignes et la Molinie, mais la lande à Bruyère, non entretenue, est impénétrable.

En fin d’après-midi, Bernadette nous présente la manière d’utiliser le Pin, l’Armoise, la Germandrée, la Salicaire, la Brunelle, la Petite Centaurée, la Piloselle, la Chélidoine, la Douce-amère, la Bourse à Pasteur, la Lavande, l’Erysimum, le Fraisier, le Genêt à balai, le Géranium Robert, le Liseron et l’Eschscholzia, et nous met en garde contre la toxicité de la Digitale.

Samedi 29 juin

Nous nous dirigeons vers un bord de route humide aux environs de Saint Laurent sur la commune de Ploemel. Mr Wattez nous y rejoint. Dans l’eau nous identifions la jolie Fluteau fausse Renoncule et le Scirpe flottant. Autour d’eux, sur le talus ou sur le plat, on trouve : la Bruyère ciliée, le Gaillet fin, le Lin usitatissimum, la Fleur de coucou et la Mauve musquée.

Pendant ce temps, Chantal et Joëlle sont à la recherche d’une ancienne chapelle qu’elles trouvent non loin de là. Le lieu bucolique et fleuri est enchanteur.

Pour le pique-nique, nous retournons au Tumulus de Kernours. Puis nous nous installons sur des bancs en ce lieu chargé de préhistoire où les ingénieurs du son Jean-Charles et Gérard ont tout prévu, c’est super.

Bernadette nous expose alors l’intérêt du Fenouil, du Figuier, du Lotier corniculé, du Gattilier, de l’Eglantier, du Sureau, de la Verveine, du Coquelicot, de la Pariétaire, du Pissenlit et de la Ballote fétide.

En rentrant nous faisons les courses pour le pique-nique de fin de session, qui a lieu sur la plage de Locmiquel, près de Baden. Le soleil brille et l’ambiance chaleureuse amène Michelle Petit à chanter a cappella des airs d’opéra.

Le Golfe du Morbihan nous a séduits par ses paysages magnifiques et son calme de mer intérieure, ainsi que par sa flore diversifiée tant le climat en est doux.

Nous avons aussi aimé renouveler notre amitié à ceux que nous retrouvons chaque année et sympathiser avec de nouvelles connaissances.

Pascale Laune

Cette entrée a été publiée dans Récits des sessions. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.